Synopsis

Juin 1982. L’armée israélienne occupe le Sud-Liban. Le sergent Cohen, un officier israélien en congé, est rappelé peu avant son départ pour l’Espagne, où il devait se rendre pour suivre la Coupe du monde de football. Au cours d’une inspection, Cohen et un jeune officier, le lieutenant Gallili, sont capturés par un commando de Palestiniens dont Ziad, qui a vécu quelques temps en Italie, est le commandant. Pendant les sept jours de la détention de Cohen, l’amitié se tisse entre lui et les Palestiniens. Une amitié née d’un soutien mutuel pour l’équipe italienne engagée dans la Coupe du monde, qui unit profondément ces hommes au-delà de la guerre et des clivages politiques.

La projection sera suivie d’une séance de questions – réponses avec le réalisateur

 

 Élevé aux États-Unis et au Brésil, Eran Riklis est retourné à l’âge de 16 ans en Israël, où il a poursuivi des études de cinéma à l’université de Tel-Aviv. Eran Riklis a toujours rêvé d’un monde sans frontières. Et c’est bien de cela dont il s’agit dans la majorité de ses films. Dans un paysage aussi troublé que le Proche-Orient, l’homme trace ses propres limites. Que l’on prenne l’un de ses premiers documentaires, Borders (1998), ou les deux longs-métrages qui l’ont rendu célèbre, La Fiancée syrienne (2004) et Les Citronniers (2008), la thématique est toujours la même.  Il est l’un des premiers réalisateurs, avec Haïm Bouzaglo (Le Temps des cerises) à évoquer la guerre du Liban de 1982 dans un film très remarqué, Cup Final (1991), où déjà se profile son terrain de prédilection : l’absurdité du monde et ses conséquences. Un soldat israélien, interprété magnifiquement par Moshe Ivgy, est pris en otage par l’OLP. Comme ses geôliers, il est passionné par le football. Des liens vont alors se tisser autour de la Coupe du monde qu’ils vont regarder ensemble. En 2010, Le Voyage du directeur des ressources humaines, adapté du roman de A.B. Yehoshua, qui raconte le périple d’un petit groupe d’Israéliens jusqu’au fin fond de la Russie, était un sujet idéal pour ce citoyen du monde. Puis Playoff (2012), suit le destin d’un entraîneur de basket israélien d’origine allemande, Max Stoller. Ce dernier accepte de prendre en charge l’équipe nationale d’Allemagne mais il a aussi un autre objectif : repartir sur les traces de son enfance brisée par la guerre. Revenant à ses premières amours et aux personnages borderline, il signe une très belle œuvre avec Mon fils (2015) où le jeune Lyad qui a grandi dans une ville arabe, intègre un prestigieux internat juif à Jérusalem. Il n’a qu’un véritable ami, Yonatan, un garçon atteint d’une maladie héréditaire. Il devient vite le deuxième fils de la famille.

Aujourd’hui, les films d’Eran Riklis sont projetés dans le monde entier et l’homme qui aime tant dans son œuvre délimiter les frontières, a atteint une dimension internationale.

Video & Photo

5 photos

Showtime

Select a cinema

  • Majestic Passy